Pigeon 16. Octobre 2011

Édito
Plage d'ArgelèsDe vallons en collines, des printemps à naître aux mortes saisons, de 2003 à 2011, notre encore courte histoire associative, qui s’promène au bord de l’eau, a été rythmée par de nombreuses chansons, choisies, aimées et reprises.
Novembre 2003, à Craonne, un général faillit monter sur la table pour rythmer Le salut au 17ème.
En 2004, si le Le temps des cerises accompagna notre traversée de la Marne avec Ducros, le grand Jaurès n’en resta pas pour autant coi au Pré Saint Gervais.
En 2005, nous n’entonnâmes pas Le chant des partisans au Mont Valérien mais Amis, dessous la cendre devint hymne.
En 2006, à Craonne, nous élaguions en faisant croire qu’ On irait pendre notre linge sur la Ligne Siegfried.
En avril 2007, on nous pressa sur le plateau, après le discours de la préfète, d’entonner, accordéons za l’appui, La chanson de Craonne.
À Santarem, en avril 2008, Grandola villa Morena fit couler des larmes fraternelles en la salle municipale.
À Saint-Pierre de Chartreuse, en 2009, La complainte du partisan interrogea les compères de Jean Drevet.
En 2010, avec Blaise, l’esprit n’était pas au chant.
En 2011 à Barcelone, Argelès, Rivesaltes, Collioure, Elne et Saint-Cyprien, le chant a été, une fois encore, entraîné par nos copains de musique, la corde de rappel, l’appel à la mer à ceux qui partagent nos pensées et avec qui, malgré tout, établir le contact reste aléatoire. Andaluces de Jaén... Chant des marais…
Sur la tombe de Machado, derrière nous, après la lecture de Sergio, une voix magique s’est élevée. Magie de nos chants fraternels.
Didier Cochet


Articles publiés dans cette rubrique

jeudi 6 octobre 2011
par  Chantal

Pigeon 16. Sommaire

Au sommaire du Pigeon voyageur n°15...
[La totalité du Pigeon n°16 se trouve en accès réservé aux adhérents dans la rubrique "Libres opinions-Humeurs"].